NatureAudioPagesImagesPercussionsPrières

Pensées, reflexions, nouvelles et autre...



"Relativity explained to children" : "Relativity explained to kids". Intention note for the film...
30-07-2015

I wrote “Relativity explained to children” because first of all some parts of the narrative are very close to my own childhood experiences. Secondly because very often  I’m rather frustrated with  children on the big screen because they either they talk too much; always having the right cue at the right time or they’re too neglected by the story - as if they were a burden for the story to go on... in fact they are the scriptwriters’ puppets.  I believe that if James Bond never had children it’s not because of his ‘busy job’ :) but simply because he would have had to quieten down...
 
The father/son relationship has revealed great songs (by Peter GABRIEL or Paul SIMON to name a few) but not many great films recently. There was “The 6th sense” or “Extremely loud and incredibly close...” but that was in the fantastic genre or a great book’s adaptation...
 
“Relativity explained” is a very humble film, however I hope that in a funny and gentle way, it will appeal to all those who have had relationship troubles within their couple and their family life. They may find some kind of relief in a very surprising way by seeing this version of “EINSTEIN’s theory of relativity”. A sleight of hand will put you back into harmony...
 
A famous saying tells us that “it takes a whole village to bring up a child”. Now that we mostly live in big cities (for better or for worse) this quotation doesn’t function well any more, but for a family to survive and for kids to grow up harmoniously, you have to give a lot of love … as well as time...
 
The first shot in the film shows a father sleeping. It could be that he’s tired of life, or maybe he’s on bad terms with his wife, or possibly he’s unemployed... When his wife wakes him up, and his son enters the room, it’s like the cavalry disturbing his sleepy oasis...
 
He clearly represents the man who failed. So in order to regain his child’s (and his wife’s) attention, compassion and respect, he decides to become another self. He gets back on his feet and attempts “the impossible”: Einstein for kids...
 
I know the explanation he delivers to Nicolas is not terribly convincing, to say the least :) But by reacting like this (i.e. looking like a father and a clown together at the same time, he feels reintegrated again in a real family life; something that he felt had escaped him.
 
 When I cast Dominique PARENT, it was thanks to my assistant who kept saying that he was the ideal actor. I was reluctant at first, but only later I understood why: because when this wonderful actor cut his hair (previously it was long because of theatrical work) and sat on the dining room sofa on the film set, I had a thrill. This actor was my father’s look-a-like. I was mesmerized. An emotional shock which took me back to my own childhood... My own father told me once that “you cannot predict the past!” he was damned right...
                                                                                   
 When you hear the word “Relativity”, you usually think of science and Einstein... But we should never forget that our lives are very relative too. When you bring up a child, you can never tell WHEN and HOW your “lessons” of love and support will be felt and experienced by your kids.

That’s relativity of life explained to parents...
Image

 
"20 meters of love in Montmartre", short film. Follow us this summer !
02-07-2015

"20 meters of love in Montmartre" is a 5' film who shows 4 women unknown to each other. Soon, they will find a secret connection between them, through their hearts and through their arts...

The film has just been screened at the "F3" festival (Frederick, Maryland), will be part of the "Small Wonders" exhibition in Hamtramck (Michigan) on the 11st of July, then at the "Cinema Povero" festival in Ispra (Italy) on the 18th. Time to make a (brief) pause, and the film will join the wonderful "Middlecoast Festival" in Bloomington (Indiana) on the 18th of August...

Don't miss it...

The first american presentation of the film took place at the Trenton Film Festival a few months ago, so we thought it'd be a good idea to reveal the presentation text written by the director for that occasion...

 Image

What inspired you to become a filmmaker?

When I was 20, I entered University while hosting a radio program in Toulouse, South of France. Soon, I realized that radio was a tool to communicate with people with whom I could be shy in real life. Then I discovered cinema, which was a step up, above radio, in terms of communicating. By making images, I could connect with the external world and share my dreams (woken or not...), my optimism and my way of seing life...

 What made you decide to make this film ?

I'm fascinated by big cities (Paris, where I live, among others) where, if you forget the boiling mood, you can watch, notice, people who follow their own path, almost silently. In a way, you can get more "lost" or alone in a megalopolis than in a village. I thought it could be interesting to show 4 women, unknown to each other, in a "sacred" (and very touristic...) place like the "Sacré Cœur  in Montmartre... I imagined those 4 women secretly connected, and find a clue, a bond that link them... In the film, it's their visages, their faces, but also their art : drawing, filming, photographing...

 What do you hope audiences hope to gain from watching your film?

I don't know how audiences will react to a 4 minutes without a word :) Even if the success of "The Artist" (in 2012) showed it was not impossible :) What I'd really enjoy is that even men could relate to these 4 women. That they could understand the inner feeling of the characters. In "Love and other drugs" (by Edward Zwick), a bitter/sweet comedy that I like a lot, I'm stunned by a moment where Anne Hathaway's character says to Jake Gyllenhal's : "Who are you after all ?". And he doesn't answer and we go directly to the next sequence... Amazing... In "20 meters of love in Montmartre", nothing is said, but in some tiny little things (a hand, a smile, a silhouette on top of the stairs), you can experiment both beauty and melancoly... That's what I hope Trenton's audience will feel too...

Do you have an future projects that you are working on? If so what are they?
Yes, many. First, I'm currently re-editing my previous film ("The Dolphin skin city") which has traveled well (Australia, Nevada, Europe) but that we'd like (with my producer) show a little more. It's the story of an architect obsessed with a project where cities' walls and buildings will be curved and less rigid. On the very same day, he attends a congress to speak about that, and he meets a florist who changes his life... It's "big world" versus "personal world"...

Then I should start to write a long feature film with a simple plot : a random encounter between a man and a woman on a highway... 

 
Entretien avec le cinéaste Jaïro BOISIER pour son film "Le retour de Fabiola" dans "Versus"
27-06-2015

Le retour d'une vedette du porno à la vie normale est-elle possible ? Réponse dans "Le retour de Fabiola", très bon premier long de Jaïro BOISIER, cinéaste Chilien installé en France.

Je publie cette semaine un article sur son film doublé d'un entretien réalisé à Paris au siège de "Ciné Sud Promotions".

http://blog.revueversus.com/2015/06/27/le-retour-de-fabiolade-jairo-boisier-cul-de-sac/?blogsub=confirming#blog_subscription-3

Image 

 
Rencontre avec Sophie Dulac dans "Obliques". Meet Sophie Dulac, creator of the "Champs Elysées FF"
19-06-2015

Dans "Obliques" de Juin, je reçois Sophie DULAC, productrice et distributrice émérite... Sa venue sur le plateau de l'émission coïncide bien sûr avec le "Champs Elysées Film Festival" qu'elle a initié...

En 2012, j'avais vu un excellent film américain : "Not waving, drowning" de Devin WAITT. Une révélation qui permettait de voir comment nous ne voyons que la face émergée de l'iceberg cinéma (le film n'est jamais sorti en France).

Avec Sophie Dulac, nous n'avons pas fait de promo, mais un voyage à travers ses activités et sa cinéphilie : "Le jardin des Finzi-Contini", "La femme au portrait", "On achève bien les chevaux", entre autres.

Quelques anecdotes sur le festival égrènent une conversation passionnante conclue par le questionnaire rituel où Sophie Dulac, personne à la fois attachante et directe, nous apprend que la personnalité historique qu'elle aimerait ressusciter serait... Louis 16

"Obliques" est disponible en podcast à cette adresse :

http://www.frequenceprotestante.com/index.php?id=51&user_radio_pi1[animator]=8

Image

 

 
The dolphin skin city (Stadt aus delphinhaut) in Karlsruhe.
29-05-2015

Here is a text to accompany the presentation (screening) of "The dolphin skin city" at the "300 minutes film festival" in Karlsruhe (18 May 2015)


Ich habe diesen Film "the dolphin skin city" gemacht, weil ich glaube, dass
Architekten irgendwie die neue Generation der Rock Stars sind. Wie Rock
Stars können sie uns traumen lassen, wenn sie inspieriert sind. Aber sie
können uns auch zum Weinen bringen, wenn sie furchtbare Gebäude oder
schlimme, dumme Liebeslieder kreieren.

Diesen Gegensatz zwischen privatem und Arbeits-Leben wollte ich zeigen.

In dem Film arbeitet der Architekt an Städten der Zukunft, er hat Kollegen
in der ganzen Welt, aber in Wirklichkeit ist er sehr allein.
Und obwohl er davon träumt, wundervolle Städte zu entwerfen - inspiriert von
Delphinen - freien Tieren, sieht sein eigenes Leben eher aus, wie ein
Goldfisch in seinem kleinen Becken...

Als er Claire, die Floristin, trifft, trifft er sein gegensätzliches
Spiegelbild. Sie träumt nicht, sie hat ein einfaches Leben und vielleicht
bereut sie das auch schon. Aber sie sieht das Leben realistischer. Zwischen
den beiden funkt es, denn Gegensätze ziehen sich an... Er immer in der
Zukunft und sie im Hier und Jetzt. Er ist leidenschaftlich und sie klar.

Auf Film Festivals habe ich immer wieder bemerkt, wie verschieden die
Zuschauer das Ende der Geschichte und die Zukunft dieser beiden Charakteren
interpretieren. Also bitte zögern Sie nicht und sagen Sie mir Ihre eigene
Meinung dazu, denn ich kann sie vielleicht in meinem privaten oder
Arbeits-Leben gebrauchen.

Vielen Dank.

Pierre GAFFIÉ

Image 

 
"La ville aux murs dauphins" sélectionné pour le 300 ème anniversaire de la ville de Karlsruhe...
03-05-2015

A l'occasion de son 300ème anniversaire, la ville de Karlsruhe en Allemagne a créé une programmation cinéma, et je suis heureux qu'ils aient choisi "La ville aux murs dauphins", que j'accompagnerai... Dates : du 16 au 19 Mai... "La ville aux murs dauphins", écrit et réalisé par Pierre Gaffié, éclairé par Hervé Lodé, est un mélange d''amour de l'architecture et d'architecture de l'amour... Le film est dédié au musicien Peter Gabriel...

"The dolphin skin city", short film, has been commisionned to be part of the "300 minutes film festival" based in Karlsruhe (Germany) and settled to honour the 300th anniversary of the town...

The dolphin skin city is a variation on love of architecture mixed with architecture of love. Written by Pierre Gaffié, lit by Hervé Lodé. The film is dedicated to Peter Gabriel...

Image

 

 
Hommage à René Féret : son film "Comme une étoile dans la nuit". Rediffusion dans "Obliques"...
03-05-2015

Ce Samedi 2 Mai, Fréquence Protestante rediffuse l'entretien avec Réné Féret, qui était venu dans "Obliques" (émission mensuelle de cinéma) parler de son film "Comme une étoile dans la nuit". Peu d'artistes se déplacent hors promo (le film était sorti plusieurs années), mais Réné Féret l'avait fait ce jour là car ce film, en plus de sa beauté, était lié à un drame personnel vécu par sa belle fille. Lors de sa venue au studio de "Fréquence", Réné Féret était venu avec une "surprise" : Salomé Stévenin, l'actrice principale du film, qu'il avait croisée dans le métro. Etonnante coïncidence de vie pour un film sur la mort. Salomé Stévenin était très partante pour faire l'émission au pied levé avec son réalisateur, mais j'étais assez réticent. Et ce car je voulais VRAIMENT aller dans le vif du sujet de la REALISATION du film. Et j'avais tant de questions à poser à R.Féret. J'ai proposé à Salomé Stévenin de revenir pour une émission entièrement consacrée à son travail d'actrice (très talentueuse), nous avons envisagé, prévu plusieurs rendez-vous, mais cela n'a jamais pu se faire.

En un sens, j'ai donc un regret. Mais dans l'autre, il est probable qu'il s'agit d'une des meilleures "Obliques" depuis que l'émission existe. La preuve, René Féret, a dit quelque chose d'étonnant : il avait coupé les quinze premières minutes du film, des séquences explicatives qui décrivaient la rencontre du couple Anne et Marc (formidable Nicolas Giraud). Les explications ont fait place à une sexplication puisque le film démarre sur Anne et Marc, nus, s'apprêtant à faire l'amour, sans doute pour la première fois. Tels Adam et Eve. En supprimant ces 15 minutes, Féret donnait un côté "Pialat' à son film... Mais tout le reste est du pur Féret...

L'émission est à ré-écouter à cette adresse :

www.frequenceprotestante.com/index.php?id=51&user_radio_pi1%5Banimator%5D=8 

Image 

 
Réservation Pierre GAGNAIRE
29-04-2015

Qui est Pierre Gagnaire ? Ma réponse a varié en 20 ans... En 1991, j'étais dans son restaurant de St Etienne, lors d'un voyage de presse autour d'un film de Daniel Benoin... Ce jour-là, Pierre Gagnaire a constaté que le pigeon (...) qu'il avait proposé à la tablée ne faisait pas l'unanimité... Il eut l'élégance de l'admettre et de se remettre en cause. Homme charmant, j'ai trouvé son humilité touchante...

Quelques années plus tard, à Paris, j'ai visité à nouveau son établissement. Ayant arrêté de manger de la viande, je pris le poisson et les plats à base de légumes. Expérience onéreuse mais correcte... Correcte car on sentait que cette option "privative" (pas de viance) n'était pas une obsession de la maison Gagnaire, et qu'un peu de générosité (et d'originalité) aurait été la bienvenue. Mais le public Parisien (de gastronomie) est très prévisible et statique. Päs étonnant que, à l'instar des maisons de coutures françaises qui prennent des créateurs étrangers, les restaurants "qui doivent marquer' engagent des chefs étrangers.

Troisième épisode en 2003. Lors d'une émission sur France Inter, Gagnaire était invité pour parler de la malbouffe. En vacances dans le Tarn, à Montredon-Labessonié,j'ai appelé le standard et suis passé à l'antenne : pour me plaindre du peu de cas fait aux végétariens dans les "grands" restaurants. Pierre Gagnaire m'a répondu en direct, avec tact, mais on sentait ses arguments un peu secs... Et que, contrairement à Alain Passard (chef de "L'Arpège"), il n'était pas "aux taquets" pour une cuisine sans viande.

La dernière étape eut lieu au restaurant Campanile de Dijon, où je me trouvais, de retour du festival cinéma de Dole. Ce DImanche soir là, ma compagne et moi avions bêtement raté les restos sympas de la vieille ville, et nous nous sommes retrouvés, donc, dans ce Campanile.

Pierre Gagnaire apporte sa caution aux Campaniles de France, avec des plats (super) visés par lui. C'est une catastrophe. Ma compagne n'a pas pu finir son plat, sec, sans saveur, visiblement surgelé. Quand à moi, l'horreur ou presque de mon plat de pâtes me donne encore des frissons (négatifs)... La serveuse avait l'air d'acquiescer quand nous avons -gentimen- dit que ce n'était pas bon, et que nous ne commandions rien d'autre... 

En 20 ans, Gagnaire est donc passé de maître de ses lieux (St Etienne) à fournisseur de franchise (Campanile). Il a vendu son âme au diable et son goût aux actionnaires...

Image

 

 

 
20 meters of love in Montmartre, a short film : synopsis...
25-04-2015
Paris, or any other big city... Loneliness, difficulties in communicating... Is there a balm to apease that... Maybe it's the attention given to each other, the way a woman looks at another, and herself is noticed by another. And so on... You can be a tourist, a wanderer, or an "old" parisian, it's the same... It's a nice circle... And it's a simple drawing that started all, like a sparkle...

The film is also the portrait of 4 different eras in Paris' life : painters, photographers, advertisers, filmmakers...
Image 
 
Denis Villeneuve, rencontre exclusive
16-04-2015

Abasourdi par la projection d'UN 32 AOÜT SUR TERRE, lors du festival du cinéma québecois à Paris, j'ai rencontré le soir-même Denis Villeneuve ("Prisoners, "Enemy", "Polytechnique) pour mettre au point un entretien téléphonique trans fuseaux horaires :

 

Lire la suite...
 
Conférences cinéma au "Mastaba", La Garenne-Colombes
13-04-2015

Demain 15 Avril, aura lieu la dernière des conférences de la saison 2014-2015 consacrées au cinéma. De 19h30 à 21h, j'aborderai le thème fascinant des fins de films, une "discipline" qui fait justement preuve de beaucoup d'indisciplibe? Mathew Modine, l'acteur de Full Metal Jacket, a raconté dans son livre de souvenirs, comment Kubrick himself allait de caravane en caravane (le lieu de repos des acteurs) pour leur dire "-Vous savez, je ne sais foutrement pas comment on va finir ce film !". Selon moi, plus un film est profond et plus il est large. Ce qui fait que plusieurs sont possibles, même si 1 souvent s'avère la bonne.

Et puis, les temps ont changé. Des films comme "Usual suspects", "Inception" ou "Le 6ème sens" ont rendu valable la prophétie de Godard : "Un film c'est un début, un milieu, une fin, mais pas forcement dans cet ordre !"

Sans oublier les pressions juridiques et l'autocensure. Aujourd'hui, qui peut garantir que le film qu'il fait ne deviendra pas un jeu ou une série télé ? Et quand Olivier Assayas a fait "Carlos", Cannes l'a refusé, le film n'est jamais sorti ailleurs que sur un écran de télé. Avec changement de fin obligatoire... Je crois à la perplexité face à une oeuvre d'art, mais je pense qu'elle marche mieux quand on est seul que dans une salle. Etant un spectacle assez cher, les gens en veulent pour leur argent et aiment les fins simples ou en tous cas qui les confortent. Or, la grandeur d'une oeuvre est aussi le stock de doutes qu'elle véhicule, et la fin en est un étalon idéal. Le monteur de Christopher Nolan parle d'un film monté comme un jeu d'échec. Or, un jeu d'échecs est une expérience individuelle, pas collective...

La fin d'une oeuvre est aussi un peu la fin de son auteur. Marcel Proust ne s'est-il pas éffondré devant sa dame d'intérieur en lui disant "-C'est fini !". Il venait de finir "La recherche du temps perdu" et est mort... 10 jours après...

Dans cette conférence, nous parlerons de "Subway", "Breaking the waves", "La vie rêvée des anges", "Birdy", "Polisse" et tant d'autres.

Venez nombreux au "Mastaba" (lieu sublime) rue Rhin et Danibe à La Garenne-Colombes. Entrée libre à partir de 19h30...

Image 

 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 12 - 22 sur 550