NatureAudioPagesImagesPercussionsPrières

Pensées, reflexions, nouvelles et autre...



La ville aux murs dauphins primé en Californie
07-01-2015

"La ville aux murs dauphins" a obtenu le prix du meilleur film en langue étrangère au festival "Back in the Box".

"The dolphin skin city" by Pierre GAFFIÉ, won the Best Foreign Language Film at the "Back in the Box" festival (California)

Congratulations to all the film crew. Félicitations à toute l'équipe...

Image 

 
Entretien avec Lucie Borleteau : "Obliques" du 9 janvier...
07-01-2015

Vendredi 9 Janvier, je recevrai la cinéaste Lucie BORLETEAU pour son réussi "Fidelio, l'odyssée d'Alice". "Fidelio", nom d'un bateau sur lequel Alice embarque (et y deviendra chef) mais allusion aussi sans doute à la fidélité amoureuse. Ou pas... "Jules et Jim" sur l'eau, le film prend une vraie ampleur quand il charrie les émotions (comme on charrie le sable) sans s'y apesantir. Rythmée par une voix-off inattendue (celle d'un mort, collègue de mer), l'histoire nous ramène à notre condition humaine, plus légère en transit qu'au sol sans doute...

L'ampleur de nos destins maritimes se téléscope avec des préoccupations plus "terre à terre" comme la mise au point d'une fellation costaud et nasale à Lomé au Togo... Des petits riens qui ne sont pas des indices car Alice admettra à son chef qu'elle n'a pas "consommé" le cadeau (un bel homme) qui lui avait été offert pour son anniversaire.

Un des plus beaux plans récents montre, au deux-tiers du film, Alice lever les yeux vers les étoiles pour la première vraie fois du film. Elle est à la fois toute grande et toute petite. Elle vogue et divague... Car ici tout fait sens, son propre prénom, propice aux aventures, celui du bateau, et même celui du moteur "Demonia", qu'il faudra apprivoiser. Et quand un serpent est retrouvé dans ses rouages, la mécanique poétique s'accélère...

Image

 
Rencontre avec Etienne CHAUMETON : bandes exhumées. Souvenirs de l'université Toulouse le Mirail
07-01-2015

Ce Vendredi 10 Octobre, l'émission "Obliques" aura un écho lointain, remontant à un quart de siècle... Pour valider ma licence de cinéma à l'Université Toulouse le Mirail, j'avais choisi, comme travail libre, d'interviewer le fascinant Etienne CHAUMETON, critique cinéma de "La dépêche du midi". Ses formules ("Il était une fois en Amérique" de Sergio Leone est au cinéma de gangsters ce que la Cathédrale de MIlan est au gothique) me fascinait. Sa détestation de Michel AUDIARD ou de Brian De PALMA me convenaient aussi parfaitement.

Je me suis rendu chez lui, à Colomiers (banlieue Toulousaine) pour l'interroger avec moin walkman cassette. Son épouse était là. Il admettait que la fascination exercée par les blondes dans le film noir américain avait sans doute conditionné le choix de son épouse :)

Nous avons patlé cinéma mais aussi décadence, alchimie, Luc Besson ("il ne peut pas faillir") ou la grossière impossibilité de faire l'amour en gardant son jean (Brando dans "Le dernier tango à Paris")

Emission à écouter sur : www.frequenceprotestante.com/index.php?id=51&user_radio_pi1[animator]=8

Image 

 
"Le jour le plus court". Entretien avec Catherine BIZERN et Bernard PAYEN
18-12-2014

Qu'il est loin le temps où Claire CHAZAL qualifiait, dans un "20h" de TF1, le festival du court de Clermont-Ferrand, de "parent pauvre du cinéma". A son crédit on peut dire qu'au moins elle en avait parlé, ce qui serait impensable dans le JT de D. PUJADAS aujourd'hui.

Mais en plus, le court-métrage, même s'il est un parent, n'est plus pauvre. A en juger par ce "Jour le plus court" qui, s'il est bien dirigé, canalisé, dans les prochaines années, pourrait devenir l'équivalent de la "Fête de la musique" pour le cinéma. (référence évidemment à leur antithèse calendaire : 21 Juin = jour le plus court, 21 décembre = jour le plus long)

Ce 12 décembre, je reçois dans l'émission "Obliques" (*), Catherine BIZERN (**), la directrice artistique de cette manifestation ambitieuse (et qu'elle a su rendre encore plus ambitieuse...), et Bernard PAYEN, programmateur court-métrage à "La cinémathèque Française", mais aussi cinéaste. Son "Mister H", que j'ai vu en Novembre est une rêverie très réussie, entre conte politique (Nord/Sud) et poétique (jour et nuit).

L'émission est en libre écoute sur www.frequenceprotestante.com/index.php?id=51&user_radio_pi1[animator]=8

* 100.7 FM. Chaque deuxième Vendredi du mois à 14h.

** Egalement animatrice des débats au festival de Locarno...

Image 

 
La ville aux murs dauphins : succès confirmé
12-12-2014

"La ville aux murs dauphins" a continué sa carrière internationale en 2014 : Grèce, Australie, Portugal, USA (Georgie, Californie, Oregon) et française (Paris, Aigues-Mortes...)

Un nouveau montage du film, une nouvelle musique (de Nino KORTA) un nouveau prologue, et sans doute le fait que ce film a besoin de temps pour s'imposer.

Dans "La ville aux murs dauphins", Régis LUX incarne un architecte utopiste, partagé le même jour ses rêves professionneles (un congrès sur les villes du futur) et une rencontre amoureuse à saisir dans le présent. Magaly GODENAIRE incarne Claire, une fleuriste pleine de charme et de mélancolie mêlés...

Le film est cité dans cet article du site "Mega Cinéma"

www.mega-cinema.com/cine-tube/les-festivals-francais-de-cinema-2014.html

Image 

 
"20 meters of love in Montmartre" (20 mètres d'amour à Montmartre) : projection à Cannes
17-11-2014

Il sera intéressant de voir comment "20 mètres d'amour à Montmartre", film urbain sur la solitude, sera accueilli dans une ville maritime où les échanges sont si nombreux... Quoiqu'il en soit, "20 meters  of love in Montmartre" est en compétition au festival "Cannes Short Film Corner" ce Mercredi 19 Novembre à la MJC Picaud... Venez nombreux...

Image

 
La ville aux murs dauphins sélectionné au prochain festival de Lisbonne ("Do you mean architecture ?
19-09-2014

"La ville aux murs dauphins" ("The dolphin skin city") sera présenté le dimanche 28 Septembre au festival "Arquiteturas" ("Do you mean architecture ?") de Lisbonne. Après l'Irlande, la Grèce, les USA, la Roumanie, l'Inde ou l'Australie, nous sommes très heureux de voir que le film continue d'être universel.

Il décrit comment, en quelques minutes, un homme solitaire passe de l'amour de l'architecture à la nécessité de comprendre l'architecture de l'amour.

Lumière d'Hervé LODÉ, décors de Lorena ACIN, mixage de Mélissa PETITJEAN...

Image 

 
"20 mètres d'amour à Montmartre" sélectionné au festival "Big Water" (Wisconsin)
23-08-2014

"20 mètres d'amour à Montmartre" sera présenté au prochain festival de Big Water, dans le Wisconsin, en Novembre prochain. Il s'agit de la troisième sélection du film en moins de 3 mois...

 Film court (5') et sans dialogues, il décrit comment la solitude dans les grandes villes, ou la solitudetout court, peut trouver sa parade, son antidote, à travers l'art...

Le film a obtenu le prix du meilleur film étranger au festival de Limerick (Irlande)...

"20 meters of love in Montmartre", by Pierre Gaffié, will be screened at the Big Water Film Festival (Wisconsin) in November...

Image 

 
"La relativité expliquée aux enfants" obtient un trophée en Autriche !ée
22-08-2014

"La relativité expliquée aux enfants" a obtenu le "Bronze award" au dernier "Festival des nations" à Lenzing, Autriche...

 Prenant le prétexte d'une engueulade conjuguale à propos de l'éducation d'un enfant de 8 ans, le film se moque gentiment des études scientifiques (très en vogue à mon adolescence...) pour mieux décrire un lien d'amour indestructible entre un père et son fils...

"Relativity explained to children" by Pierre GAFFIé, won the "Bronze Award" at the "Festival of nations" in Lenzing, Austria...

Image

 
"La teoria della relativita spiegata ai bambini" : sélection festival "Cinema del povero", Italie
19-07-2014

"La relativité expliquée aux enfants" ("Relativity explained to children") va connaître sa première projection Italienne. Elle aura lieu le 23 Juillet à Ispra, sur les bords du Lac Majeur...

Le film est sous-titré en Italien (traduction Cinzia Bigliosi). Il est intéressant de noter que le film n'a eu pour l'instant AUCUNE sélection dans les pays anglophones, mais a été sélectionné (deux fois) en Autriche, et donc maintenant en Italie.

J'avais montré le film à une chaîne de télévision française bien connue, et sa responsable (une femme bien pourtant) m'avait dit : "Oui, c'est un beau film, mais il est trop humain pour nous..."

Image 

 
La ville aux murs dauphins (The Dolphin skin city) au festival de GWINNETT (Georgie, USA)
19-07-2014

"La ville aux murs dauphins" (The Dolphin skin city) sera présenté le 2 Août 2014 au festival du film de Gwinnett. Il s'agira de la seconde projection américaine du film après Laughlin (Nevada)...

Avec un nouveau prologue atmosphérique (et sa musique signée Nino Korta), le film a une allure beaucoup plus conforme à ce que je souhaitais lors de l'écriture. Mon souhait était de mêler l'intime et l'immense, les coeurs qui battent et les marteaux-piqueurs...

Je n'ai jamais aimé le premier plan du film, que je n'ai malheureusement pas pu retourner, à cause d'un tournage lourd et sur pellicule, et des disponibilités des comédiens. Je suis persuadé que si le film avait eu ce nouveau prologue dès le début, nous aurions eu bien plus de sélections. Mais mieux vaut tard que jamais.

De plus, cette nouvelle version du film a été remarquée par des musiciens, artistes, qui ont pu la découvrir de façon plus limpide. Et la page "Back to front", soutien de la tournée européenne de Peter Gabriel, a beaucoup aimé le film. (le film est dédié au chanteur)

https://www.facebook.com/Peter.Gabriel.Europe?ref=ts&fref=ts

Le prologue montre des photos de Berlin, New York, Marseille, Valence, Nantes et Paris. Merci à mes amis Dominique Cosgrove, Alain Félix, Sara Van Pée et Anne-Laure Bounaix d'avoir accepté de mêler leurs photos aux miennes...

Image 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 34 - 44 sur 556